Comment expliquer son TDAH aux autres ?

Quand on a un TDAH, il arrive souvent que nos manières d’agir, nos oublies, notre impulsivité puisse interloquer. Ainsi, on peut être amené (ou non) à devoir expliquer à des personnes de notre entourage ou rencontré en soirée, en quoi cela consiste.

Comment faire pour expliquer à une personne qui n’a jamais entendu parler de trouble de l’attention ce que c’est, et surtout, l’impact cela a sur nous au quotidien ?

Il n’existe malheureusement pas de formule magique pour faire en sorte que 100 % des interlocuteurs perçoivent clairement les manifestations que peux avoir sur le TDAH sur vous et c’est bien normal. Nous sommes seulement quelques pourcent à vivre avec cela, à avoir une structure neurologique différente, et cela peut s’avérer être un concept très difficile à aborder pour la plupart des gens. À l’inverse, les personnes TDAH sont entourées de gens neurotypique depuis leur enfance, et ont ainsi surcompensé certains de leurs problèmes afin de s’intégrer.

L’explication de ce trouble à autrui dépend en lui-même énormément du contexte, de la relation que vous avez avec l’interlocuteur. La discussion aura forcément une autre forme entre une personne tout juste rencontrée au bar qui se demande si vous l’écoutez, et un proche de longue date. C’est pourquoi je donne ici quelques conseils généralistes, qu’il sera bon d’adapter en fonction de la situation.

 1. Allez y étapes par étapes

étapes par étapes

Ne brusquez pas par votre interlocuteur avec un flot ininterrompu d’explication, de sources…

Il est bon d’y aller étape par étape, de prendre le temps d’expliquer. Commencez par expliquer brièvement de quoi il s’agit et en quoi cela a un impact sur vous et qu’il ne faut pas qu’elle se braque sur ce point.

Exemple : “Tu sais, j’ai un TDAH. C’est une dérégulation neurologique qui fait que j’éprouve des difficulté dans certains domaines, comme par exemple l’attention immédiate, surtout quand il y a du bruit autour comme ce soir, c’est pour ça que je n’ai pas bien retenu ton nom, tu peux répéter s’il te plaît?

2. Donner des exemples concrets

Une fois, l’explication théorique faite, n’hésitez pas à donner des exemples concrets sur l’impact que le TDAH a sur vous.

Exemple : tu te souviens quand je me suis énervé d’un coup l’autre jour ? Ben, ce genre de réaction impulsive m’arrive très souvent et je pense que c’est lié à mon TDAH.

3. Essayez de lui faire ressentir les difficultés que vous vivez.

décrire ce qu'on ressent

Afin que la personne en face de vous puisse comprendre la situation que vous vivez, il est bon de la “mettre à votre place”.

Exemple : imagine que tu dois te concentrer, mais qu’il y ait quelque chose qui t’en empêche (bruit, distraction…) et bien chez moi, c’est un peu comme ça tout le temps, et du coup les distractions de la vie de tous les jours sont encore plus pénalisante pour moi.

4. Prévenir

Il est bon de prévenir vos proches d’éventuelle manifestation de votre TDAH à l’avenir. Attention, cela n’excuse en rien certains comportements. Il ne s’agit pas de se dédouaner de toute responsabilité, mais de prévenir les gens afin qu’ils soient plus tolérants à votre égard sur certains sujets.

Exemple : du coup, je te promets de faire attention à ne pas arriver en retard, mais voilà sache que parfois ça m’arrive, et j’espère que tu ne m’en voudras pas.

 5. Dédramatiser la situation

Rassurer la personne en face de vous en dédramatisant. Il faut éviter de donner la sensation que vous vous apitoyez sur votre sort. C’est un trouble qui peut être certes très handicapant par moment, mais la majorité arrive à vivre convenablement avec, s’adapte, trouvent des solutions.

Exemple : mais tu sais, c’est pas dramatique non plus, je suis en bonne santé, j’ai appris à vivre avec, ça fait tout simplement parti de moi.

6. Renvoyer la personne vers des sources sérieuses

Les sources

Si votre interlocuteur à l’air réceptif à votre discours ou à l’inverse quelque sceptique sur certains sujets, n’hésitez pas à le renvoyer vers certaines sources scientifiques qui traite du TDAH. En effet, beaucoup de personnes ont encore du mal à concevoir ce trouble comment étant quelque chose de réel.

Exemple : si tu veux, je t’enverrai un article qui explique cela bien mieux que moi, avec les sources détaillés.

J’espère que cela vous sera utile et que vous pourrez mettre en pratique ses quelques conseils. Ceci n’est en rien une vérité universelle. C’est juste le fruit de mon expérience et des échanges que j’ai pu avoir avec d’autres neuropathiques.

N’hésitez pas à partager avec moi ce que vous en pensez, si vous êtes d’accord ou non, ou quelles techniques vous utilisez ? Je serai curieux de lire vos astuces.

Merci à tous ceux qui partagent et font connaître le projet autour d’eux. Pour que le podcast continue de prospérer, j’ai vraiment besoin de votre soutien 🙂

A très vite.

Accueil » entourages